L’art de la haute horlogerie selon IWC

Partager:

En tant que marque de référence du marché international des montres de luxe, IWC s’engage à fabriquer des pièces de haute horlogerie de qualité irréprochable. Plus de 1100 employés, dont 120 horlogers hautement qualifiés, participent au développement, à la fabrication et à la distribution de montres mécaniques de qualité supérieure. Implanté en Suisse orientale, IWC possède plus de 900 points de vente dans le monde, dont plus de 60 boutiques IWC dans des villes telles que New York, Pékin, Dubaï, Hong Kong, Genève, Paris et Moscou. Depuis 2000, IWC appartient au groupe suisse Richemont.

—Nos modèles historiques, en partant du haut, dans le sens des aiguilles d’une montre: l’Aquatimer Automatique (1967); l’Ingenieur Automatique (1955), la Portugaise (1939); la Da Vinci Beta calibre 21 (1969); la Montre d’Aviateur Spéciale IWC (1936); au centre: Portofino (1984)

La tradition familiale chez IWC

Les six familles de montres IWC, à savoir Montres d’aviateur, Portugaise, Ingenieur, Aquatimer, Da Vinci et Portofino, trouvent leurs racines dans une longue tradition. Elles attestent de l’esprit d’innovation des ingénieurs de Schaffhausen depuis quatre générations et expriment toutes les facettes de l’expertise horlogère de la marque: des montres robustes pour un usage quotidien aux montres de sport professionnelles en passant par les modèles dotés des plus audacieuses complications. À ces six familles s’ajoutent des spécialités telles que la Grande Complication ou la collection IWC Vintage.

IWC Schaffhausen

—Le fondateur d’IWC Schaffhausen, Florentine Ariosto Jones, et sa signature

Esprit d’entreprise américain et tradition helvétique

En 1868, un horloger venu de Boston, Florentine Ariosto Jones, fonde l’International Watch Co. à Schaffhausen, loin des autres manufactures horlogères concentrées en Suisse francophone. Son projet: associer les toutes dernières techniques de production venues des États-Unis à la célèbre qualité d’artisanat des horlogers helvétiques. Et c’est à Schaffhausen qu’il trouve les conditions propices à sa réalisation: des locaux modernes, une centrale hydroélectrique puisant dans le Rhin l’énergie nécessaire au fonctionnement des machines, et bien sûr, une tradition horlogère ancestrale. Dès ses débuts, la marque établit sa réputation avec le tout premier calibre Jones, du nom de son créateur. En 1885, IWC donne un aperçu de son esprit d’innovation avec les montres à gousset Pallweber, dotées d’un affichage numérique des heures et des minutes. La fin du 19ème siècle voit l’apparition des premières montres-bracelets IWC équipées du calibre 64 pour montres à gousset.

 
—Assemblage des montres à la manufacture IWC aux alentours de 1900

Expansion sur les bords du Rhin

F.A. Jones commença par louer les locaux du complexe industriel Moser. Peu de temps après, il loua d’autres salles de production à l’Oberhaus, l’un des plus anciens bâtiments de Schaffhausen. En 1874/75, une nouvelle manufacture IWC fut édifiée au Baumgarten, juste au bord du Rhin. Ce site, qui demeure aujourd’hui le siège d’IWC, a été agrandi en 2005 et en 2008 avec la construction des ailes Est et Ouest.

IWC et le développement durable

La manufacture prend très au sérieux ses responsabilités économiques, sociales et écologiques, comme le démontrent les nombreux partenariats noués aux quatre coins du globe, sans oublier les projets mis en œuvre en interne. Sur le plan social, IWC soutient notamment la Laureus Sport for Good Foundation qui œuvre pour les enfants et adolescents handicapés et défavorisés dans le monde entier. Côté environnement, IWC accompagne notamment la Charles Darwin Foundation dans son combat pour préserver la faune et la flore dans les Îles Galapagos. Dans ses sites de production, IWC utilise de l’énergie verte, recycle la chaleur résiduelle et veille à atteindre la neutralité carbone pour l’ensemble de ses activités.