IWC est le chronométreur officiel de la Volvo Ocean Race 2011-2012

IWC a le plaisir d’être également sponsor officiel de l’équipage Abu Dhabi Ocean Racing

Partager:
—À la Volvo Ocean Race, l’un des plus formidables défis en matière de navigation, chaque membre d’équipage doit jouer son rôle pour permettre à tout l’équipage de triompher

La circumnavigation – l’idée elle-même respire l’intrigue, le danger et l’aventure.
Faire le tour du monde à bord d’un bateau, maîtriser les eaux indomptées d’une planète dominée par les océans, est une quête qui fascine l’imagination depuis la découverte de la rotondité de la Terre. Aujourd’hui, on trouve une survivance de cet esprit d’aventure et d’exploration dans la Volvo Ocean Race.

Disputée sur tous les océans du globe autour de cinq continents et sur une période de neuf mois, la Volvo Ocean Race est une compétition exceptionnelle qui pousse à leur paroxysme les compétences de navigation et la capacité d’endurance de ses participants. C’est l’Everest de la voile, tout simplement. Les compétiteurs risquent leur vie sur les mers les plus dangereuses du monde. Pour triompher, il faut réunir un grand nombre de talents et qualités : la capacité sur de longues périodes à rester concentré sans relâche, à toujours faire preuve de précision dans l’action et à déployer une extrême robustesse physique et mentale.

Histoire de la Volvo Ocean Race

Les origines de la Volvo Ocean Race sont à rechercher du côté des grands navigateurs des temps passés. Au prix d’exploits sans cesse renouvelés, ces hommes téméraires naviguaient, il y a plus d’un siècle de cela, sur tous les océans du globe à bord de clippers aux voilés carrées. Bien qu’aucune course organisée n’eût existé en ce temps-là, les navires de commerce et de pêche trouvaient motif de fierté et source de grande renommée à naviguer de port en port en moins de temps que leurs rivaux. La passion, puissant moteur de ces marins qu’elle poussait à défier le vent le long des routes commerciales sous les froides latitudes de l’Antarctique ou au détour des caps les plus dangereux du monde, se retrouve à son plus haut niveau d’expression dans le cadre de la Volvo Ocean Race, l’objectif le plus élevé qui soit en matière de navigation.

Dans le sillage des remarquables voyages en solitaire de Francis Chichester et Robin Knox Johnston dans les années 1960, un grand enthousiasme se fit jour au sein des cercles de voile internationaux en faveur d’une course autour du monde en équipage. Tous ces espoirs naissants ne tardèrent pas à être exaucés. En 1972, la British Royal Naval Sailing Association accepta de devenir le sponsor d’une compétition de ce type.

La première édition de cette aventure sportive débuta en 1973 sous le nom de Whitbread Round the World, la compétition sportive la plus longue, la plus exigeante et la plus dangereuse jamais organisée jusqu’alors. Tellement dangereuse que cette première course coûta la vie de trois des marins engagés, nombre malheureusement appelé à augmenter par la suite. Malgré certains appels lancés contre le maintien de cette nouvelle compétition, la course survécut à ses détracteurs et en vint à être organisée tous les quatre ans. C’est en 2001 qu’elle prit pour la première fois le nom de Volvo Ocean Race et adopta son rythme actuel d’une édition tous les trois ans.

C’est l’Everest de la voile, tout simplement.

—Knut Frostad, directeur de la Volvo Ocean Race

La première édition de cette aventure sportive débuta en 1973 sous le nom de Whitbread Round the World, la compétition sportive la plus longue, la plus exigeante et la plus dangereuse jamais organisée jusqu’alors.

IWC et la Volvo Ocean Race

En janvier 2011, IWC Schaffhausen a annoncé son partenariat avec la Volvo Ocean Race, au titre duquel la marque devenait sponsor et chronométreur officiel de la course pour l’édition 2011-2012 de la Volvo Ocean Race. Dans le cadre de cette course, IWC Schaffhausen devenait également le sponsor officiel du prestigieux 24-hour Speed Record Challenge, un prix attribué à chaque étape à l’équipage ayant parcouru la plus grande distance sur une période de 24 heures. «Pionnière et innovante dans son domaine, la très célèbre marque de montres IWC Schaffhausen est le partenaire idéal pour la Volvo Ocean Race», a déclaré Knut Frostad, directeur de la Volvo Ocean Race.

Ce partenariat entre IWC Schaffhausen et la Volvo Ocean Race nous offre une nouvelle occasion de démontrer notre expertise en matière d’ingénierie, de technologie et de qualité. Seule une société capable d’établir de tels standards de précision et de durabilité dans un esprit de recherche de la perfection serait capable de s’imposer dans la course au large considérée comme la plus difficile du monde. «IWC Schaffhausen et la Volvo Ocean Race ont un même esprit en commun : ce sont des marques d’exception, réputées pour leur inventivité, leur excellence technique, leur savoir-faire, leur masculinité et leur esprit d’aventure. Cet accord de partenariat est une évolution naturelle à partir de ce constat. La manufacture IWC est très fière de participer à cet événement sportif d’envergure mondiale», a déclaré Georges Kern, PDG d’IWC Schaffhausen, à propos de l’engagement d’IWC.

En outre, IWC Schaffhausen a entamé avec l’Autorité du tourisme d’Abou Dhabi (ADTA) un partenariat qui en fait le premier sponsor principal d’Abu Dhabi Ocean Racing, son équipage engagé sur la Volvo Ocean Race.

—Les concurrents de la Volvo Ocean Race repoussent les limites des capacités humaines.
—Georges Kern, PDG d’IWC, et Knut Frostad, directeur de la Volvo Ocean Race, officialisent leur accord
—Un repos très apprécié par l’équipage

«Nous partageons un esprit novateur qui s’appuie sur le respect de la tradition», a déclaré Mubarak Al Muhairi, Directeur général de l’ADTA et responsable d’équipage de l’Abu Dhabi Ocean Racing. «C’est une association entre deux organisations qui partagent beaucoup d’idéaux, parmi lesquels la recherche de la perfection, un fort sentiment de responsabilité sociale, un engagement inaltérable en faveur des bonnes pratiques de durabilité en entreprise et du respect de l’environnement ainsi que le désir de dépasser les attentes dans l’excellence.»

Sur les 39 ans d’histoire de la Volvo Ocean Race, l’équipage de l’Abu Dhabi Ocean Racing est le premier concurrent arabe à compter parmi ses membres un marin des Émirats arabes unis. Mais cet accord de sponsoring de haut niveau en faveur d’une équipe sportive est également une première pour IWC. Notre objectif était d’utiliser ce vent nouveau pour améliorer la visibilité de la marque IWC sur un marché géographiquement important pour nous et pour renforcer notre image sur place.

Cet accord majeur, qui marque les débuts de la marque suisse de luxe dans le sponsoring de sport d’équipe au plus haut niveau mondial, a couru sur toute la campagne de la Volvo Ocean Race 2011-2012. La course s’est achevée en Irlande, à Galway, au terme de neuf étapes parmi lesquels celle du jour de l’an a été hébergée par la capitale des Émirats arabes unis. Les qualités déployées durant la compétition par les différents concurrents sont le reflet des principes qui guident notre société. Chez IWC, nous repoussons sans cesse les limites de l’art et du savoir-faire ; de leur côté, les concurrents de la Volvo Ocean race repoussent les limites des capacités humaines.

«C’est une association entre deux organisations qui partagent beaucoup d’idéaux, parmi lesquels la recherche de la perfection, un fort sentiment de responsabilité sociale, un engagement inaltérable en faveur des bonnes pratiques de durabilité en entreprise et du respect de l’environnement ainsi que le désir de dépasser les attentes dans l’excellence.»

Volvo Ocean Race 2011-2012

Durant les neuf mois de compétition de la dernière Volvo Ocean Race, les marins ont couvert plus de 39 000 milles nautiques sur les mers les plus dangereuses du monde. Entre le coup d’envoi à Alicante en octobre 2011 et l’arrivée à Galway en juillet 2012, la course a fait escale dans huit ports d’étape différents.

Le système de classification de la course s’est appuyé sur un décompte de points, la Groupama sailing team étant l’équipage qui avait comptabilisé le plus de points à la fin du dernier tronçon a remporté le trophée, à l’instar d’un championnat de Formule 1 où le champion est déclaré au terme de la saison après décompte des points gagnés. Les points ont été accordés sur la base de deux segments de course différents : une course In-Port et une course par étapes.

Les vainqueurs de chaque course In-Port ont reçu un nombre de points selon le classement suivant :

1. Première place – 6 points
2. Deuxième place – 5 points
3. Troisième place – 4 points
4. Quatrième place – 3 points
5. Cinquième place – 2 points
6. Sixième place – 1 point

Les vainqueurs d’étape ont reçu un plus grand nombre de points que les vainqueurs In-Port en raison de la difficulté plus élevée que représente une victoire d’étape

1. Première place – 30 points
2. Deuxième place – 25 points
3. Troisième place – 20 points
4. Quatrième place – 15 points
5. Cinquième place – 10 points
6. Sixième place – 5 points

Tous les bateaux ont maintenu un rythme effréné. Ce n’est guère étonnant : les membres d’équipage sont sur cette course parmi les meilleurs marins du monde.

Pour cette édition de la course, six équipages se sont constitués pour affronter ce défi monumental : Team Telefónica, Groupama sailing team, Abu Dhabi Ocean Racing, Puma Ocean Racing powered by Berg, Camper with Emirates Team New Zealand et Team Sanya.

Chacun des six bateaux de compétition était manœuvré par un équipage de onze marins professionnels. Pour cette course qui s’est disputée sans relâche jour et nuit, dont certaines manches ont duré plus de vingt jours, chacun a dû faire appel à la totalité de ses compétences, à toute son endurance physique et mobiliser entièrement son esprit de compétition. Dans la Volvo Ocean Race, chaque équipier possède un rôle spécifique à bord. En outre, chaque bateau comptait à son bord en 2011-2012 trois équipiers possédant une formation médicale, un voilier, un ingénieur et un équipier à qui reviennent les relations avec les médias.

Pendant la Volvo Ocean Race, les équipages ont expérimenté la vie dans des conditions extrêmes. Pas de nourriture fraîche à bord : les équipages vivent uniquement sur des plats congelés. Les températures sur le pont peuvent varier entre -5 et 40 degrés Celsius. Chaque équipier n’a droit qu’à un vêtement de rechange. Les équipages confient leur vie à la résistance de leur bateau et à la compétence de leur skipper et doivent souvent faire face à la faim et au manque de sommeil. La course est le mélange ultime entre compétition sportive de niveau mondial et aventure repoussant les limites.

L’équipage Abu Dhabi Ocean Racing sponsorisé par IWC a été confronté lui aussi à l’extrême défi imposé par les forces de la nature. «C’est incroyable de voir avec quelle rapidité les priorités peuvent passer de la performance en course à la simple survie», a avoué le skipper Ian Walker. «À un moment donné nous profitions encore de l’arrière d’un front chaud pour parcourir 500 milles par jour en direction du Cap Horn dans l’espoir d’aller retrouver au plus vite l’océan Antarctique. L’instant d’après, nous avons été véritablement pris de peur pour notre sécurité, à l’arrêt avec une quille endommagée sous des températures glaciales, à 1 700 milles de la côte la plus proche.» La nouvelle que l’équipage était parvenu à colmater la brèche et reprendre la course a fait sensation. «Pour réparer, nous avons dû percer la coque et fixer des boulons pour resolidariser le stratifié. Nous avons passé quasiment cinq heures à la cape avec le bateau sur le flanc pour maintenir la coque à sec à bâbord pendant qu’on faisait le travail, le tout sous des vents de 30 nœuds et par gros temps».

—Le très convoité trophée IWC du 24-hour Speed Record Challenge
—L'équipe Camper, Vainqueur du 24-hour Speed Record Challenge, arborant leurs nouvelles montres, Edition Chronographe portugaise Yacht Club "Volvo Ocean Race 2011-2012"

Les résultats

«La Volvo Ocean Race 2011-2012 a été non seulement la plus serrée en 38 ans d’histoire de l’épreuve, mais aussi celle qui a remporté le plus grand succès populaire », a expliqué Knut Frostad, directeur de la course, « avec la présence de centaines et de centaines de fans à Galway pour un final flamboyant assorti d’une croissance phénoménale sur les plateformes médias.»

Pour la première fois en 39 ans d’histoire, quatre bateaux avaient encore des chances de l’emporter à quelques jours de la fin de la course. Grâce à la troisième génération high tech de Volvo Open 70, la course au large ressemblait parfois à une régate et il s’est trouvé des occasions où, au bout de milliers de milles de course parcourus en plein océan, l’écart sur la ligne d’arrivée n’était que de quelques secondes.»

Les marins se sont poussés à bout et ont exploité l’intégralité des ressources de leur bateau, brisant au passage quelques os, quelques espars et quelques records après avoir affronté des vents surpuissants, des mers démontées et des températures extrêmes.

La victoire au classement général est revenue à l’équipage français du Groupama sailing team pour sa première participation à l’événement sportif considéré comme le plus long et le plus exigeant du monde.

Ken read, le skipper de PUMA, s’est confié au sujet de l’exploit que représente le fait de finir la Volvo Ocean Race.

«En tant qu’athlètes dans un sport de haut niveau comme celui-ci, nous adorons avoir l’occasion de nous mesurer avec les meilleurs et c’est ce que nous avons pu faire pendant neuf mois », a-t-il déclaré. « Il faut toujours un vainqueur et un perdant, mais en même temps, le simple fait de finir la course est en soi un exploit.»

L’équipe Abu Dhabi Ocean Racing conclut en beauté la Volvo Ocean Race

L’équipe IWC participant à la Volvo Ocean Race Abu Dhabi Ocean Racing est entrée dans l’histoire de la voile en devenant le premier équipage arabe à disputer en entier cette odyssée de neuf mois autour du globe, se classant sixième de l’étape entre Lorient et Galway (Irlande ...

—Pour un événement de cette magnitude, vous pensez bien que la montre qui l’accompagne doit être à la hauteur

Un trophée entièrement en titane

En tant que chronométreur officiel de la course et sponsor du 24-hour Speed Record Challenge, IWC ne s’est pas contentée de remettre un trophée à l’équipage parcourant la plus grande distance sur 24 heures pendant chaque manche, mais a également lancé à cette occasion une montre en édition spéciale. Chaque membre de l’équipage ayant parcouru la plus grande distance de toute la course sur 24 heures s’est vu offrir la Portugaise Yacht Club Chronographe Edition «Volvo Ocean Race 2011-2012». Ces montres Schaffhausen extrêmement fonctionnelles, parfaites jusqu’au moindre détail, ont été remises lors de la cérémonie de remise des prix aux membres de Camper with Emirates Team New-Zealand. Avec leur bateau, ils ont couvert l’impressionnante distance de 565,824 milles nautiques sur une période de 24 heures au cours de la huitième manche.

Une montre créée en hommage à l'«Everest» des marins et aux performances des sportifs de l’extrême nécessite des qualités techniques permettant de résister à des contraintes énormes et des conditions impitoyables. Extrêmement fiable et élégante, la Portugaise Yacht Club Chronographe Edition «Volvo Ocean Race 2011–2012» d’IWC Schaffhausen est une montre de sport fonctionnelle en titane qui offre la précision des instruments nautiques et dont la fabrication atteste d’une perfection jusqu’au plus petit détail. Étanche à 6 bar et dotée d’une couronne vissée avec protection, la montre est d’une résistance à toute épreuve. Elle est animée par le mouvement de manufacture calibre 89361, l’un des mouvements de chronographe les plus robustes et les plus perfectionnés, et équipée d’une fonction retour en vol ainsi que d’un affichage analogique des temps longs chronométrés assuré par deux aiguilles dans un guichet. La montre est dotée d’un bracelet en caoutchouc noir avec un fermoir à boucle déployante. Le fond en verre saphir permet d’admirer le système de remontage IWC à doubles cliquets, tandis que la gravure «Edition Volvo Ocean Race 2011–2012» affiche clairement à qui s’adresse ce chef-d'œuvre horloger. Les aiguilles et index luminescents, le grand cadran noir carbone clairement agencé, le design contemporain, le boîtier en titane et la technologie avant-gardiste font de ce garde-temps le chronographe parfait.

Pour en savoir plus sur la Volvo Ocean Race, rendez-vous sur : http://www.volvooceanrace.com