Trouver d'autres articles
Les meilleurs casques pour les meilleurs pilotes

Fabriqués à Magdebourg, les casques Schuberth sont les héritiers d’une longue tradition et font partie depuis 2000 des fournisseurs officiels de la FORMULE 1. L’entreprise qui a pour devise : « Les meilleurs casques pour les meilleurs pilotes », a reçu pas moins de cinq titres individuels en championnat de Formule 1 depuis son arrivée dans ce sport par l‘intermédiaire des pilotes qu’elle équipe.

Ingenieur Double Chronographe Titane

Avec la nouvelle Ingenieur Double Chronographe Titane (référence 3765), les spécialistes d’IWC Schaffhausen se sont surpassés.

Quand une complication devient grande

En 1924, le célèbre alpiniste britannique George Mallory, qui plus tard allait trouver la mort durant son ascension du mont Everest, expliquait pourquoi il voulait s’attaquer à un tel sommet. Sa réponse est restée gravée dans les annales de l’alpinisme: «Parce qu’il est là».

Episode 2 : qu’est-ce qu’une complication ?

*Vous est-il déjà arrivé de vous demander ce que cachaient les compteurs annexes sur le cadran d’une montre ?*

Les Vedettes à l’honneur

La Portugaise Sidérale Scafusia est la nouvelle étoile d’IWC Schaffhausen dans le firmament de la Haute Horlogerie, un chef-d’œuvre technologique qui aura demandé pas moins de dix années de recherche.

Ingenieur Automatic
Le sculpteur-designer

Le sculpteur-designer est un phénomène. Même ceux qui n’ont pas la moindre notion de design le connaissent au moins de réputation. Son nom est devenu synonyme de sévérité.

Aquatimer
DÉCOUVREZ LA NOUVELLE COLLECTION AQUATIMER

Christian Knoop, Creative Director chez IWC, explique le nouveau design des montres Aquatimer.

INGENIEUR – OBJECTIF POLE POSITION

Nous avons le plaisir de vous accueillir à la séance qualificative d’IWC. Découvrez la vidéo et rejoignez-nous avant le début de la course.

Expériences

Brunello Cucinelli

SES CRÉATIONS EXCLUSIVES EN CACHEMIRE, DESSINÉES AU CŒUR D’UN PETIT VILLAGE MÉDIÉVAL D’OMBRIE, SONT DEVENUES DES INCONTOURNABLES DE LA MODE À NEW YORK ET À SAINT-TROPEZ.

Texte — Michaela Namuth Photos — Maurice Haas Date — 3 février 2012

Partager:
—Brunello Cucinelli est un des hommes d’affaires les plus prospères d’Italie

C’est en 1985 que Brunello Cucinelli s’installe à Solomeo. Un village médiéval à moitié abandonné, perché sur une colline, non loin de Pérouse. Un village aujourd’hui devenu synonyme d’élégance dans le monde entier. Car c’est depuis ce «borgo» antique que les collections en cachemire de Brunello Cucinelli partent pour New York, Moscou, Hong Kong et Gstaad. Les vieux remparts ont été restaurés avec un soin extrême. Sur l’une des portes d’entrée du village, on peut lire, gravé sur une plaque de métal, «La beauté sauvera le monde». Des mots de Dostoïevski que Brunello Cucinelli a fait siens. Pour lui, Solomeo n’est pas seulement le site d’implantation de ses métiers à tricoter mais un lieu où les arts s’expriment. C’est pourquoi le village accueille également une bibliothèque et un théâtre récent, où musiciens et acteurs du monde entier sont invités à se produire.

La maison située juste derrière la place centrale est devenue le restaurant du personnel. Le cadre est rustique, les lourdes tables en bois, la cuisine régionale et le menu différent chaque jour. La cantine est connue pour son bon vin et ses spécialités à la truffe. En fait, Solomeo ressemble plus à un centre de villégiature qu’à un siège social. Ce qui n’est nullement un hasard mais reflète parfaitement la philosophie de l’entreprise. «Un environnement plaisant encourage la créativité et les gens à mieux travailler, tout simplement», explique Brunello Cucinelli. Il a installé, pour sa part, son bureau dans la tour d’où, comme les seigneurs avant lui, il jouit d’une vue imprenable sur toute la vallée. «Cette vue libère entièrement l’esprit», reconnaît cet entrepreneur de 57 ans.

Lorsqu’il commence à confectionner des pulls en cachemire de couleur, à la fin des années 1970, Brunello Cucinelli n’a que deux employés et 500 000 lires en mains. Aujourd’hui, il emploie près de 600 collaborateurs et fait travailler, au travers des petites entreprises artisanales qui produisent les élégants articles qui porteront son étiquette, quelque 1 500 personnes. L’Ombrie possède une longue tradition manufacturière dans ce domaine, que ces petits ateliers artisanaux mettent un point d’honneur à préserver. «Cette forme de coopération est un mode de production typique en Italie et nous permet d’exporter la tradition artisanale dans le monde entier», précise-t-il. Les pièces les plus complexes et laborieuses sont réalisées dans l’atelier de production de la maison Cucinelli, à deux pas des portes de Solomeo. Et ce sont derrière les épais remparts du village que les prototypes des collections sont confectionnés et cousus. C’est là, au cœur du village, que l’équipe de douze stylistes, dont les filles de Brunello Cucinelli, Camilla et Carolina, travaille.

Mais c’est le patron en personne qui a le dernier mot en matière de style. Brunello Cucinelli a fait du cachemire un objet de désir. Bien sûr, le classique pull gris et col en V est toujours produit mais de nombreux nouveaux modèles ont été ajoutés. Notamment des vestes en cuir aux manches en tricot, des pantalons pour hommes coupe droite, des robes longues et courtes et des leggings. Dernier ajout, des robes du soir en maille d’une extrême finesse. De lumineuses teintes jaunes et rouges dominent les collections hommes et femmes de l’été. «Mes créations s’inspirent de la mode que je vois dans les rues de New York ou de Pérouse», explique Brunello Cucinelli. Les stylistes en réalisent les dessins à partir desquels des patrons sont réalisés. Ces derniers servent ensuite de modèles aux prototypes.

—Les créations de Brunello Cucinelli sont vendues par des revendeurs sélectionnés et par les 47 boutiques de marque

TROUVER DE NOUVEAUX ACQUÉREURS POUR MES FUTURES COLLECTIONS ME PRÉOCCUPE MOINS QUE DE RECRUTER CES FÉES QUI AURONT LA COMPÉTENCE REQUISE POUR CES TÂCHES COMPLEXES.

—Brunello Cucinelli

Le choix du fil se fait selon l’article et le modèle. La maison Cucinelli travaille avec du cachemire de Chine et de Mongolie et ses seuls fournisseurs de laine fine, déjà tissée, sont les entreprises italiennes Loro Piana® et Cariaggi®. Le cachemire est particulièrement cher car il ne peut être obtenu qu’à partir du sous-poil doux et soyeux de la chèvre de la province du même nom. Il est agréable à porter en été et tient chaud en hiver. Les créations de Solomeo associent généralement au cachemire d’autres matières exclusives telles que la soie, le cuir ou la broderie à la main. Patrons et fils passent tout d’abord entre les mains expertes de Stella Salvatelli et des autres femmes qui produisent les prototypes dans l’une des vieilles maisons de pierre du village.

Stella Salvatelli travaille depuis plus de 30 ans sur les métiers à tricoter manuel. Pour l’heure, elle réfléchit à un nouveau modèle de robe de soirée, absorbée par la confection complexe d’un col qui doit parfaitement unir les diverses parties finies. Elle doit les accrocher aux aiguilles de sa machine, maille par maille. Elle déplace ensuite doucement la grille d’entraînement, dans un sens puis dans l’autre, à la main. Chaque mouvement construit une rangée. Elle apporte un soin particulier à ce modèle car des paillettes sont insérées dans le fil. Après toutes ces années, Stella aime toujours son métier et ne s’ennuie jamais. «Chaque nouveau modèle est un défi», note-t-elle.

—Chaque pièce sera en tout vérifiée six fois, pour une qualité irréprochable, avant d’être estampillée Cucinelli

MES CRÉATIONS S’INSPIRENT DE LA MODE QUE JE VOIS DANS LES RUES DE NEW YORK OU DE PÉROUSE.

—Brunello Cucinelli

Entrepreneur et philosophe

Né en 1953, Brunello Cucinelli est un des hommes d’affaires les plus prospères d’Italie. Mais ce self-made man est également un homme de culture. C’est pourquoi il a implanté son atelier de production de cachemire dans le petit village de Solomeo, dans les vertes collines de l’Ombrie, bourg médiéval qu’il a restauré selon des dessins originaux. Parce que, pour lui, on ne vit pas seulement de pain, le village accueille également une bibliothèque et un théâtre de style Renaissance, tout deux à la disposition de ses collaborateurs. Le théâtre fait partie du Forum des Arts – un ensemble d’édifices, de places et de terrasses qui comprend également un amphithéâtre réservé à la méditation et aux spectacles. Artistes et visiteurs du monde entier viennent à Solomeo pour parler de philosophie et savourer l’esprit du lieu. Brunello Cucinelli aime rappeler qu’il est issu d’une famille de paysans de la région. Sa carrière a débuté dans les années 1970 avec la confection de pulls en cachemire de couleurs vives. À une époque où le cachemire se déclinait surtout en gris et brun, cette audacieuse stratégie a rapidement été couronnée de succès. Brunello Cucinelli vend aujourd’hui ses luxueux articles auprès d’un millier de points de vente multimarques dans le monde entier. Ses deux filles travaillent pour l’entreprise. Tout comme son épouse Federica, qui lui a fait découvrir Solomeo il y a plus de 30 ans. En 2010, il a reçu le prix du «World Entrepreneur of the Year» à Monte Carlo et a été désigné docteur honoris causa par l’université de Pérouse.

Les prototypes sont ensuite envoyés aux sous-traitants qui confectionnent les vêtements selon la même méthode et avec le même soin. Chaque pièce va alors faire quelques va-et-vient entre l’atelier et le siège, contrôlée après chaque étape de sa confection. Elle sera en tout vérifiée six fois, pour une qualité irréprochable, avant d’être estampillée Cucinelli. Les contrôles se font dans la ‘Salle des Miroirs’, comme les employés appellent la salle où sont installées les tables lumineuses. Là, les tissus sont méticuleusement examinés. Si une maille a filé ou a été trop tirée, Rita Tiradossi entre en action. À l’aide d’aiguilles en crochet et autres outils miniatures, elle répare tout ce qui n’est pas parfait. Derrière elle, dans un alignement impeccable de bobines de fil, se trouve la gamme complète des nuances utilisées dans les collections. La patience est une qualité essentielle dans le travail de Rita et de ses collègues. Tout comme des doigts agiles et l’expérience. «Trouver de nouveaux acquéreurs pour mes futures collections me préoccupe moins que de recruter ces fées qui auront la compétence requise pour ces tâches complexes», avoue leur patron.

Si son entreprise continue de croître comme elle l’a fait ces dernières années, Brunello Cucinelli va certainement devoir rechercher du personnel. En 2010, les bénéfices de sa société ont augmenté de 83%, atteignant 15 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires supérieur à 200 millions d’euros. Cette année, il prévoit d’atteindre la barre des 245 millions d’euros. Les États-Unis, l’Allemagne et la Suisse sont parmi ses principaux marchés étrangers. Pour l’instant, les ventes sont uniformément ventilées entre l’Italie, le reste de l’Europe et l’Amérique du Nord. Seuls 2% de sa production sont destinés au marché chinois. Brunello Cucinelli a besoin de fonds pour pouvoir s’y développer, fonds qu’il pense obtenir par une ouverture de capital en bourse. Cela est prévu pour le printemps, les actions de la société devant faire leur entrée sur la place boursière de Milan.

En attendant, ce self-made man continue d’ouvrir de nouvelles boutiques. Le nombre de boutiques de marque est passé de 7 à 47 ces deux dernières années – toutes situées dans les quartiers commerçants les plus luxueux de la planète. Les boutiques Cucinelli vendent des pulls en cachemire mais aussi des pantalons, des jeans et un vaste assortiment d’accessoires tels que des chaussures, des sacs, des valises et des ceintures. Tous les produits appartiennent à la Collection Cucinelli que, par principe, Cucinelli ne concède pas en licence. «Le luxe véritable doit être exclusif et de la plus grande qualité»: tel est son credo.

Il pense que la valeur d’un produit réside également dans la manière dont il est fabriqué. «Tout le monde peut trouver sur Internet les sites et les méthodes de confection d’une écharpe en cachemire, ce qui est bien, somme toute», commente l’homme d’affaires. Il aime l’idée que tout ce qu’il montre à Solomeo se voit mais veut aussi aller au-delà. Dans l’esprit même de Dostoïevski, son maître à penser aux côtés de Socrate et de Saint-François, il souhaite aider à rendre ce monde plus beau. Aussi une partie des bénéfices de la société est-elle investie dans la restauration du village médiéval. Et parce qu’il prévoit d’accueillir de plus en plus de visiteurs à Solomeo, son prochain projet est une maison d’hôtes. Des dirigeants chinois, auxquels il faisait visiter le village, ont souhaité le racheter, entièrement. Il en rit encore en y repensant.

Trouver d'autres articles
Les meilleurs casques pour les meilleurs pilotes

Fabriqués à Magdebourg, les casques Schuberth sont les héritiers d’une longue tradition et font partie depuis 2000 des fournisseurs officiels de la FORMULE 1. L’entreprise qui a pour devise : « Les meilleurs casques pour les meilleurs pilotes », a reçu pas moins de cinq titres individuels en championnat de Formule 1 depuis son arrivée dans ce sport par l‘intermédiaire des pilotes qu’elle équipe.

Ingenieur Double Chronographe Titane

Avec la nouvelle Ingenieur Double Chronographe Titane (référence 3765), les spécialistes d’IWC Schaffhausen se sont surpassés.

Quand une complication devient grande

En 1924, le célèbre alpiniste britannique George Mallory, qui plus tard allait trouver la mort durant son ascension du mont Everest, expliquait pourquoi il voulait s’attaquer à un tel sommet. Sa réponse est restée gravée dans les annales de l’alpinisme: «Parce qu’il est là».

Episode 2 : qu’est-ce qu’une complication ?

*Vous est-il déjà arrivé de vous demander ce que cachaient les compteurs annexes sur le cadran d’une montre ?*

Les Vedettes à l’honneur

La Portugaise Sidérale Scafusia est la nouvelle étoile d’IWC Schaffhausen dans le firmament de la Haute Horlogerie, un chef-d’œuvre technologique qui aura demandé pas moins de dix années de recherche.

Ingenieur Automatic
Le sculpteur-designer

Le sculpteur-designer est un phénomène. Même ceux qui n’ont pas la moindre notion de design le connaissent au moins de réputation. Son nom est devenu synonyme de sévérité.

Aquatimer
DÉCOUVREZ LA NOUVELLE COLLECTION AQUATIMER

Christian Knoop, Creative Director chez IWC, explique le nouveau design des montres Aquatimer.

INGENIEUR – OBJECTIF POLE POSITION

Nous avons le plaisir de vous accueillir à la séance qualificative d’IWC. Découvrez la vidéo et rejoignez-nous avant le début de la course.