header.skiplinktext header.skiplinkmenu

IWC Schaffhausen

Choisissez un autre pays ou région pour connaître les articles disponibles près de chez vous et passez votre commande en ligne

Choisir un lieu
    • Lieu: be Euro - €
    • Menu
    Changer le lieu
    Rechercher un lieu
    Pays sélectionné
    Résultats
    Tous les lieux
    Tous les lieux
    • ANDORRA / €
    • AUSTRALIA / AUD
    • AUSTRIA / €
    • BELGIUM / €
    • BRAZIL / R$
    • CANADA / CAD
    • CHINA / CN¥
    • CROATIA / €
    • CYPRUS  / €
    • CZECH REPUBLIC / €
    • DENMARK / kr
    • ESTONIA / €
    • FINLAND / €
    • FRANCE / €
    • GERMANY / €
    • GREECE / €
    • HONG KONG SAR, CHINA / hk$
    • HUNGARY / €
    • ICELAND / KR
    • IRELAND / €
    • ITALY / €
    • JAPAN / ¥
    • KOREA / KRW
    • LATVIA / €
    • LITHUANIA / €
    • LUXEMBOURG / €
    • MACAU SAR, CHINA / MOP
    • MALAYSIA / MYR
    • MEXICO / Mex$
    • NETHERLANDS / €
    • NORWAY / NOK
    • POLAND / €
    • PORTUGAL / €
    • REST OF THE WORLD
    • ROMANIA / €
    • RUSSIA  / ₽
    • SINGAPORE / SGD
    • SLOVAKIA / €
    • SLOVENIA / €
    • SPAIN / €
    • SWEDEN / kr
    • SWITZERLAND / CHF
    • TAIWAN, CHINA / NT$
    • THAILAND / THB
    • TURKEY / TRY
    • UAE / AED
    • UNITED KINGDOM / £
    • UKRAINE  / UAH
    • USA / $
    • INDONESIA / Rp
    • PHILIPPINES / ₱
    iwc-ppc-language-
    PANIER
    SE CONNECTER À IWC

    IWC Schaffhausen

    IL EST TEMPS – JOSH SIRLIN ET SA GRANDE MONTRE D’AVIATEUR

    Josh Sirlin est amoureux de sa Panhead de 1948. Et de la liberté. Et de l’aventure. Donc le directeur artistique de Black Bear Brand est parti en voyage à travers l’Ouest sauvage américain. Pour fuir le bruit et vivre la nature à l’état brut depuis la selle de sa moto. À ses côtés, comme toujours : sa Grande Montre d’Aviateur. 

     

     


    PRÉFACE

    Le soleil se lève. Il fait -12 °C et je m’acharne pour la vingtième fois sur le kick de ma moto dans l’espoir de la mettre en route quand (enfin !) elle démarre dans un concert de pétarades. Nous sommes au 4e jour de l’aventure. Je suis au bord du Grand Canyon. Un fourmillement me traverse : j’ai lâché prise.

    Josh Sirlin sur sa Panhead de 1948
    — Josh Sirlin sur sa Panhead de 1948

    Au nord-ouest des États-Unis, la météo a pris ses quartiers d’hiver et il pleut sans discontinuer depuis 40 jours. Je travaille enfermé dans mon studio personnel depuis des semaines et je tourne en rond. J’ai faim d’inspiration. Black Bear Brand et ses créations sont le prolongement naturel de mes expériences. Je suis mû par l’envie de mordre la vie à pleines dents, d’être éprouvé par la nature, d’être bousculé et poussé dans mes retranchements, d’avoir l’incertitude pour maîtresse… d’embraser mon amour pour l’existence. Mes rêves d’explorer l’Ouest sauvage et de prendre la route deviennent trop forts.

     

    Mon esprit vagabond insatiable ne m’autorise pas à rester chez moi trop longtemps. Il est temps de partir en voyage, de voir et de toucher le monde, de me déconnecter pour me reconnecter. Il est temps de vivre une nouvelle aventure avec ma Panhead de 1948. C’était ma première moto, ma porte d’entrée dans cet univers. Si l’amour était un objet inanimé, ce serait elle. Sur la selle de mon vieux bolide de 70 ans, mes sens sont en éveil et je suis pleinement dans l’instant présent. Dans une voiture, on reste un observateur passif qui regarde défiler le monde à travers encore un autre écran. Sur ma moto, tout ce que je vois et ressens est magnifié, intensifié, devient une partie de moi. C’est le genre d’expérience qui nourrit ma quête créative.

    Ma Grande Montre d’Aviateur est toujours à mon poignet. C’est une extension de ma personne. Il n’y a aucun compteur sur ma Panhead – ni de vitesse, ni de quoi que ce soit d’autre – pas même de clignotants. Elle est nue, avec seulement un phare à l’avant et un autre à l’arrière.

     

    Quand je suis à moto, je suis dans l’instant présent. Je me connecte à tout ce qui m’entoure ; je fuis le bruit de la technologie et le monde numérique. Ma montre est mon unique « instrument ». Je me noie dans tout ce que je vois, sens, vis, et je n’ai qu’une seule contrainte – c’est le temps.

     

    Continuer d’avancer et avancer vite : deux priorités quand on est à cheval sur une moto de 70 ans et qu’on affronte la météo et les courtes journées d’hiver !

    Fidèle compagnon : la Grande Montre d’Aviateur IWC de Josh Sirlin (réf. IW501001)
    — Fidèle compagnon : la Grande Montre d’Aviateur IWC de Josh Sirlin (réf. IW501001)
    Josh Sirlin of Black Bear Brand and his IWC Big Pilot's Watch in the Cascades
    — « Un sentiment d’ivresse m’envahit à chaque fois que je traverse les Cascades »

    LA TRAVERSÉE DES CASCADES

    Quand je démarre, la moto vrombit. Une légère pluie tombe des nuages morcelés qui laissent entrevoir un ciel bleu vif. La journée s’annonce idéale. Je pars à l’assaut de la chaîne des Cascades en direction de l’Utah. Les sapins bordent l’autoroute qui fend le paysage sauvage. Depuis 1915, cette route est le principal itinéraire reliant l’est à l’ouest et c’est depuis longtemps celui qui est privilégié par les hommes et les marchandises pour passer d’un flanc à l’autre des montagnes. Même si je viens de la région et que je franchis ce col régulièrement depuis plus de 30 ans, un sentiment d’ivresse m’envahit à chaque fois que je le retrouve – les hauts sommets qui ceinturent le ruban de bitume, l’air froid et humide, les arbres et les nuances de vert.

    CHEVAUCHÉE À TRAVERS L’UTAH

    La journée commence quelques heures avant le lever du soleil. Le vent me fouette jusqu’à l’os ; l’air est glacial et sec. Ma moto fonctionne parfaitement, au mépris des températures polaires. L’immensité de l’Utah procure un sentiment d’apaisement étrange au milieu de ce paysage aux aplats de couleurs neutres. Le silence prend le dessus. Des pensées me quittent à mesure que mon esprit commence à ralentir. À plus de 110 km/h, le ressenti atteint -7 °C. Le chaos du monde ordinaire a disparu… C’est là que je tombe dans l’instant, que je deviens pleinement présent. La première étape de mon exploration créative commence enfin. Je fais route vers le sud en direction de l’Arizona.

     

    Josh Sirlin of Black Bear Brand and his IWC Big Pilot's Watch on 1948 Panhead in Utah
    — Sur la route de l’Ouest américain


    LE SOLEIL SE LÈVE SUR LE GRAND CANYON

    Le soleil se lève. Il fait -12 °C et je m’acharne pour la vingtième fois sur le kick de ma moto dans l’espoir de la mettre en route quand (enfin !) elle démarre dans un concert de pétarades. Nous sommes au 4e jour de l’aventure. Je suis au bord du Grand Canyon. Un fourmillement me traverse : j’ai lâché prise et je suis dans l’instant présent. Je suis ému par la grandeur et les couleurs du paysage… par la beauté folle de la nature. Mon voyage créatif a atteint sa vitesse de croisière. J’ai fui le bruit et je suis libre. Peu de mots parviennent à décrire toute la magnitude du Grand Canyon. Il est grandiose. Le décor me renvoie violemment au visage ma taille minuscule. Cette gorge de plus d’un kilomètre de profondeur redéfinit avec splendeur les notions de nature sauvage et d’endurance. La vue me percute, tout comme le sentiment qu’elle procure en moi. La couleur, la profondeur, les textures que l’on voit ont un impact plus grand encore quand on les ressent.

     

    Josh wearing his IWC Big Pilot's Watch at the Grand Canyon
    — Josh admirant le lever du soleil sur le Grand Canyon
    Josh Sirlin of Black Bear Brand and his IWC Big Pilot's Watch Ref. IW501001 in White Sands New Mexico
    — « La meilleure chose à faire… c’est de vivre ma vie et mon rêve »

    LE SOLEIL SE COUCHE SUR LE DÉSERT DE WHITE SANDS

    Le désert de White Sands, au Nouveau-Mexique, est rempli de mystère. Un mystère persistant, rude, puissant et âpre. Je suis envahi par un sentiment de liberté infinie. Le paysage est sauvage et triomphant. À moto, mon sentiment d’aventure se heurte au calme. Ce monde est magnifique et c’est comme ça qu’il devrait être vécu. Les couleurs s’affrontent tout au long de la journée. L’opacité totale de la nuit laisse progressivement place à une couleur lumineuse et vibrante qui contraste avec le blanc cassé doux, calme et monotone d’un désert sec et immaculé. Ces variations et ces contrastes sont incroyables !

     

    Conclusion

    Je mets le cap au sud au soleil couchant et l’instant me chamboule. Tout est là. Mon esprit est apaisé, le vent fouette mon visage, la route s’ouvre devant moi, le soleil se couche dans mon dos… La nature sauvage, l’inconnu et la beauté m’entourent. J’ai été touché… marqué. L’Ouest est romantique ; il exalte l’essence même de la liberté. J’aime cet endroit. Il déborde d’aventures, ne laisse aucune place au regret. Il est rude, résolument tourné vers la nature. Les clichés sur l’Ouest sauvage rassemblent tout ce que j’aime : son histoire folle, la liberté, l’aventure et une âpreté infinie. La liberté… Tout est là.

     

    Il est temps.

     


     

     

     

     

    « Nous sommes faits pour explorer cette planète comme des enfants, libérés de la peur, poussés par la curiosité et l’envie de découvrir. Autorisez-vous à porter un regard neuf sur le monde et sachez que d’incroyables aventures vous y attendent. »

     

    Pour en savoir plus sur Black Bear Brand, cliquez ici.
     

    Pour découvrir la dernière vidéo de Josh, cliquez ici.

     


    Éditions spéciales

    En savoir plus