ESTHÉTIQUE REHAUSSÉE, DURÉE DE VIE PROLONGÉE

En Haute Horlogerie, plusieurs composants du mouvement de la montre, comme les ponts, les coqs de balancier, les platines ou les rouages, sont méticuleusement peaufinés et rehaussés par des décorations ou des traitements de surface réalisés à la main qui ajoutent une touche de luxe au mouvement. Tandis que les polissages décoratifs ont une finalité purement esthétique, certaines finitions, comme le placage or, peuvent prolonger la durée de vie d’un produit et améliorer sa fonctionnalité.

 

Une montre IWC n’est pas seulement un instrument de précision servant à donner des indications temporelles, c’est un véritable bijou destiné au poignet d’un homme du monde. Dans toute montre mécanique de luxe, c’est bien sûr le cadran qui occupe le devant de la scène. 

Mais les connaisseurs savent que la beauté d’un garde-temps ne se limite pas aux parties immédiatement visibles. «Divers composants du mouvement, comme les platines, les ponts et les coqs, sont superbement décorés ou finis. Sur certaines complications comme le calendrier perpétuel ou le tourbillon, ces ornementations sont la marque de la Haute Horlogerie», explique Christian Satzke, Responsable de projet Mouvements chez IWC. Dans de nombreux garde-temps d’IWCSchaffhausen, certains de ces éléments décoratifs peuvent être admirés à travers le fond en verre.

À SCHAFFHAUSEN, LA DÉCORATION EST UNE TRADITION

Le terme de finissage recouvre un large éventail de techniques dont certaines existent depuis plusieurs siècles. Elles incluent différents types de meulage, de polissage et d’estampage, ainsi que des techniques de gravure traditionnelles comme le guillochage ou le champlevé. Les revêtements obtenus par galvanoplastie sont également très répandus. «Alors que les polissages décoratifs ont une finalité purement esthétique, le placage or est utilisé pour prolonger la durée de vie et améliorer la fonctionnalité du composant en question», ajoute Satzke.

 

IWC peut se targuer d’une longue tradition de décoration de ses mouvements. Les premiers calibres Jones étaient déjà meulés, polis et gravés, alors même que ces finitions n'étaient pas visibles sur les montres de poche finies. La décoration a connu sa renaissance au plus fort de la crise du quartz, lorsque l’entreprise Schaffhausen a commencé à s’intéresser à la Haute Horlogerie. À partir de là, en sus de l’innovation technique, la beauté visuelle des mouvements de grande qualité est devenue une priorité.

—IWC Calibre Jones modèle E, Lépine. C'est le seul exemple connu de ce mouvement Lépine modèle E. Les belles décorations du mouvement sont typiques des mouvements Jones de haute qualité. (Propriété de Hannes A. Pantli / Photographie de Heinz Hasler)
—Détail du calibre 98295 et ses côtes de Genève

LES POLISSAGES DÉCORATIFS ET LES GRAVURES SONT UN RÉGAL POUR LES YEUX

Les formes de décoration les plus courantes sont obtenues par meulage. «Nous utilisons le meulage et le polissage pour réaliser des motifs sur les ponts, les coqs de balancier ou les platines», explique Satzke. Parmi les décors fréquents figurent les côtes de Genève, un motif formé de lignes parallèles, le perlage, qui consiste à réaliser des cercles très rapprochés, ou le motif guilloché soleil, composé de lignes circulaires qui ont toutes le même point d’intersection. Souvent, plusieurs types de meulages sont utilisés pour un seul mouvement de montre. Prenons par exemple le calibre 52610 de la Portugieser Calendrier Perpétuel. La plateforme du calendrier et la platine du mouvement sont terminées par un perlage tandis que le pont du barillet est décoré de côtes de Genève circulaires.

 

Les gravures artistiques sont un autre élément important de la décoration. Outre l’inscription «International Watch Co.», des informations comme le numéro de calibre et de mouvement, le nombre de rubis et la réserve de marche maximale sont gravées sur les mouvements d’IWC. À Schaffhausen, la réalisation de gravures manuelles élaborées est indissociable de Wolfgang Siegwart, maître graveur chez IWC dans les années 1990. Armé de son burin et de son échoppe, il apposait sa signature sur toutes les grandes complications et s’assurait que chaque exemplaire soit absolument unique. Tout aussi inoubliable: la Da Vinci Tourbillon Quatre Saisons, limitée à 20 exemplaires, sur le cadran de laquelle Siegwart a gravé quatre personnages superbement exécutés.

UNE FINE COUCHE POUR UNE MEILLEURE FONCTIONNALITÉ

Si l’intérêt des décors polis et gravés est principalement esthétique, d’autres finitions comme la galvanoplastie ont pour but d’améliorer la fonctionnalité de la pièce en question. Les composants en acier ou en laiton sont ainsi placés dans un bain électrolytique et recouverts d’une couche extrêmement fine de métal précieux. «Sur un rouage par exemple, le placage or permet de réduire les frottements et d’améliorer l’efficacité générale du mécanisme», explique Satzke. Ce type de finition offre également une protection efficace contre l’usure et l’oxydation. Le placage nickel et le placage or sont fréquemment utilisés sur les mouvements fabriqués par IWC. Certaines pièces sont en revanche rhodiées. Le placage de rhodium, un métal du groupe du platine, rend les pièces extrêmement dures, les protège contre la corrosion et leur confère une belle couleur.

Divers composants des mouvements de manufacture iwc sont amoureusement décorés à la main
—Des vis bleuies sont utilisées pour maintenir les ponts et la masse oscillante en or massif.

Enfin, certaines techniques de finition ont une finalité à la fois esthétique et fonctionnelle. L’anglage, par exemple, est utilisé pour adoucir les arêtes des ponts et des platines. «Les pièces qui ont été anglées paraissent de bien meilleure qualité. Cette technique permet également d'éliminer les minuscules morceaux de métal qui risqueraient de se détacher et de former de la résine en se mêlant aux huiles», explique Satzke en présentant les avantages de la technique. Il en va de même du brunissage: ce polissage à l’aide d’un outil exerçant une pression améliore l’apparence des pivots tout en réduisant les frottements avec les paliers.

 

Pour la famille Portugieser, IWC a réintroduit la technique du bleuissage dans son éventail de procédés de finition. La technique consiste à chauffer des vis en acier à une température de 290 degrés Celsius pendant une durée déterminée puis de les laisser refroidir. La trempe permet non seulement de rendre l’acier plus dur et plus robuste, mais également de donner aux vis une teinte bleu bleuet intense. Dans le calibre 52610 par exemple, des vis bleuies sont utilisées pour maintenir les ponts et la masse oscillante en or massif.

LE SQUELETTAGE MET À NU LE CŒUR DE LA MONTRE

Enfin, autre forme de décoration très rare: le squelettage. Il consiste à retirer purement et simplement tout matériau superflu des platines, des ponts et des coqs de balancier. Le résultat peut être fascinant. Cette technique permet de voir au mieux l’interaction des différentes pièces du mouvement. Mais la réalisation d’une montre squelettée est extrêmement compliquée. De nombreux apprentis horlogers en font d’ailleurs le sujet de leur projet pratique qui compte pour l’examen final. Les montres squelettées de Schaffhausen sont des spécimens rares: la Portugieser Répétition Minutes Squelette (Réf. 5241) et la Portugieser Tourbillon Mystère Squelette (Réf. 5043) sont les seules montres IWC dotées de ce type de mouvement ajouré.

 

Les différentes décorations et finitions, dont certaines sont d’une complexité incroyable, portent les pratiques déjà rigoureuses de la Haute Horlogerie à un niveau encore supérieur. Même les composants que le propriétaire de la montre ne verra jamais, comme la plateforme du calendrier perpétuel des calibres 52, sont amoureusement décorés. «Pour moi, ces techniques témoignent des sommets visés par IWC dans l’art horloger de qualité», résume Satzke.

—Portugieser Tourbillon Mystère Squelette Réf. 5043

EN SAVOIR PLUS