LA BEAUTÉ INTEMPORELLE RÉINVENTÉE

Pour la nouvelle collection Da Vinci, IWC a réinterprété le design rond iconique de cette famille de montres des années 1980 pour lui conférer un style plus contemporain. Le fabricant suisse a ainsi créé certaines des montres féminines les plus séduisantes de son histoire.

 

La Da Vinci ne se décrit pas aussi facilement que la Montre d’Aviateur ou l’Aquatimer. Et c’est probablement ce qui fait le charme de cette famille de montres, qui défie toutes les conventions depuis près de 50 ans. Christian Knoop, le directeur créatif d’IWC Schaffhausen, le résume ainsi: 

«la Da Vinci fut non seulement l’occasion de tester des innovations techniques comme le calendrier perpétuel, mais également un terrain de jeu pour de nouveaux designs, souvent avant-gardistes.»

 

Ce n’est pas un hasard si cette montre porte le nom du plus grand scientifique et artiste de la Renaissance. Qu’est-ce que la beauté ? Y a-t-il un lien entre science et esthétique ? Toute sa vie, Léonard de Vinci a cherché à expliquer le principe de la beauté universelle à l’aide de nombres et de formes géométriques. L’histoire de la Da Vinci est le reflet de cette quête inlassable. «Elle s’est toujours adaptée à l’esprit du temps, avec des designs toujours innovants et modernes pour l’époque», explique Knoop.

TOUJOURS À LA POINTE

La première Da Vinci (Réf. 3501) était logée dans un boîtier hexagonal d’un futurisme époustouflant. Son allure technique correspondait parfaitement à l’esprit des années 1970. Puis, en 1985, la Da Vinci Calendrier Perpétuel (Réf. 3750) est apparue avec un boîtier rond et une superbe lunette à double cadre. L’ancien directeur créatif d’IWC, Hanno Burtscher, avait puisé son inspiration dans un croquis des fortifications du port de Piombino réalisé par Léonard de Vinci. En 2007, la société a présenté une collection Da Vinci entièrement revisitée, avec un boîtier de forme tonneau composé de 50 pièces.

 

Avec la Da Vinci, IWC lance depuis de nombreuses années des tendances esthétiques. «Mais, actuellement, les acheteurs se tournent de plus en plus vers le passé en matière de design», explique Knoop. Pour les montres, la tendance rétro est plus qu’une simple mode, et c’est la raison pour laquelle la société a décidé de redonner vie au design rond emblématique des modèles Da Vinci des années 1980.

La Da Vinci s'est toujours adaptée à l'esprit du temps, avec des designs toujours innovants et modernes pour l'époque.

Knoop et son équipe ont consacré huit ans à la conception du design contemporain de la nouvelle collection. Le plus grand défi qu’ils aient dû affronter? «La famille Da Vinci représente des décennies de tradition et un riche héritage. Nous nous sommes donc longuement interrogés sur la quantité d’éléments anciens à conserver, et d’éléments nouveaux à ajouter.»

 

Pour corser le tout, aucun modèle ne peut être considéré de manière isolée. Chaque famille doit également s’intégrer à l’ensemble du portefeuille d’IWC. «En tant que designer, il ne s’agit pas simplement de jouer les arbitres entre le passé et le futur de la famille de montres. Il faut également trouver un équilibre entre l’identité du produit et l’ADN de notre marque», souligne Knoop.

L’HISTOIRE COMME POINT DE DÉPART

Le processus d’élaboration du design a commencé par d’innombrables visites au musée IWC. C’est en observant près de deux décennies de modèles historiques que Knoop est parvenu à isoler leurs codes de design spécifiques. L’élément esthétique peut-être le plus frappant des Da Vinci des années 1980 est le motif circulaire que l’on retrouve, par exemple, sur la lunette à double cadre ou les éléments ronds de la couronne et des poussoirs. «Pour le nouveau design, nous nous sommes inspirés de ces éléments circulaires, que nous avons simplifiés pour coller à l’air du temps», explique Knoop. La lunette est aujourd’hui plus étroite et plus plate.

 

Le design du cadran plus saisissant. Les anciennes montres Da Vinci possédaient des index; la Da Vinci Rattrapante (Réf. 3754) fut la première à utiliser des chiffres arabes pour les heures. «Notre choix s’est porté sur cette typographie, que nous avons utilisée pour créer des appliques», poursuit Knoop. Les spectaculaires aiguilles en forme de feuille lancéolée viennent également de cette époque.

—L’examen des montres historiques a permis aux designers d'identifier les codes de design essentiels de la Da Vinci (peinture de Hano Burtscher, mai 1984).
—Le boîtier rond, les chiffres arabes et les aiguilles en forme de feuille lancéolée sont des codes de design que l'on retrouve dans chacun des modèles de la nouvelle collection Da Vinci.

UN HOMMAGE AUX FEMMES

La ligne Da Vinci a toujours comporté des modèles pour femmes. Lancée en 1988 et produite en diverses versions jusque dans les années 1990, la Da Vinci Chronographe Lady (Réf. 3735) est la montre féminine d’IWC qui a rencontré le plus de succès. «Pour nous, il était donc évident dès le début que les modèles pour femmes devaient être une composante clé de la nouvelle collection», explique Knoop.

 

Heureusement, le style rond des années 1980 constituait une base parfaite pour élaborer des modèles mixtes. La Da Vinci Automatic 36 (Réf. 4583) et la Da Vinci Automatic Moon Phase 36 (Réf. 4593) ont été spécialement créées pour les femmes, tandis que la Da Vinci Automatic (Réf. 3566) s’adresse autant aux femmes qu’aux hommes. Perpétuant la tradition des montres glamour des années 1990, le modèle pour femmes le plus luxueux de la nouvelle collection est équipé d’un boîtier et d’un bracelet en or rouge 18 carats et d’une lunette sertie de 54 diamants blancs purs.

 

Avec leurs cornes articulées et leurs attaches courbées, les montres sont extrêmement confortables pour les poignets fins et donc parfaitement à même de séduire les femmes. C’est une fois de plus un trait des années 1980 que les designers ont repris pour les nouveaux modèles. Les bracelets en cuir d’alligator de Santoni, proposés dans de nouveaux coloris framboise, brun, bronze et bleu, apportent une touche de nouveauté.

UN BON DESIGN PREND DU TEMPS

Comment le designer sait-il que son travail est terminé? «C’est difficile à dire, surtout pour une montre aussi sophistiquée que la Da Vinci. Mais un nouveau design ne s’élabore pas seul dans son coin. Le designer consulte constamment ses collèges, des experts, des collectionneurs, échange avec eux. Une chose est sûre: un bon design prend du temps», conclut Knoop.

 

Le directeur créatif d’IWC est convaincu que la société a réussi son pari: marier l’ancien et le nouveau, dans un équilibre parfait de technologie et de beauté esthétique. La gravure sur le fond des nouveaux modèles féminins symbolise cette prouesse. Elle reproduit la «Fleur de vie» dessinée par Léonard de Vinci dans son «Codex Atlanticus». Le motif à l’intérieur de cette figure est constitué de 19 cercles formant une fleur. La beauté réside peut-être effectivement dans la géométrie…

La Da Vinci est le reflet de la quête inlassable de léonard de vinci d'un principe de beauté géométrique universel et mesurable.

EN SAVOIR PLUS