Trouver d'autres articles
IWC Da Vinci Perpetual Calendar Sketch
L'éternité au poignet

Du temps où il officiait comme horloger en chef chez IWC, Kurt Klaus a traduit le calendrier grégorien et ses nombreuses irrégularités en programme mécanique capable de fonctionner parfaitement jusqu'en 2499, presque sans aucune correction extérieure.

Ingenieur Constant-Force Tourbillon
La constance est une force

Avec le mécanisme à force constante d'IWC, l'échappement transmet une énergie parfaitement uniforme et assure ainsi une précision sans précédent.

breguet_spring
Précision horlogère:
tout est dans la spire

IWC Portugieser Annual Calendar
IWC Calendrier Annuel:
Pour l'éternité

La nouvelle montre IWC Calendrier Annuel dotée du mouvement de manufacture 52850 fait bien plus que combler le vide entre la Portugieser Calendrier Perpétuel et son compagnon à date: elle réduit le problème du calendrier à un seul réglage manuel à effectuer une fois par an, fin février. C'est tout.

IWC Portugieser Tourbillon Mystère Rétrograde
Où le temps suspend son vol

Si vous demandez à des horlogers quelle est leur complication préférée, c'est le tourbillon qui remportera leurs suffrages. Peu de complications sont d'une conception aussi délicate.

IWC 52010 calibre
L'ingénieux système Pellaton en version haute technologie

Une question de réglage

Pour qu'une montre IWC indique l'heure avec précision, il est indispensable de régler avec soin les oscillations du balancier.

Unruhreif_Spirale.jpg
Une répartition énergétique équilibrée

Une montre mécanique continue d’afficher l’heure correctement même lorsque la tension du ressort-moteur diminue. Cela est possible grâce à un mécanisme qui, depuis plus de 300 ans, fait l’objet d’améliorations constantes: l’échappement.

Expériences

Des perfectionnistes dans leur élément

Texte — Boris Schneider Date2014-09-18T12:52:51

Partager:
IWC_Perfectionists

Chaque mouvement de manufacture créé par IWC à Schaffhausen requiert l’implication de près de 20 spécialistes issus de divers départements, qui doivent parfois travailler ensemble pendant plusieurs années. À l’aide d’un procédé informatique ultra moderne, nos ingénieurs imaginent des solutions dont l'élégance atteint souvent des sommets de perfection. Assembler les composants des modules de complication est une tâche qui se révèle particulièrement complexe. Ils doivent non seulement se glisser dans de minuscules espaces, mais aussi fonctionner uniquement avec l'énergie fournie par le mouvement de base.

«Notre objectif est de produire des mouvements qui se rapprochent autant que possible de la perfection,» résume Thomas Gäumann, directeur du département de développement des mouvements IWC à Schaffhausen, pour expliquer ses motivations. Dans le département de Gäumann, une douzaine d’ingénieurs spécialisés dans les technologies de taille extrêmement réduite développent les mouvements de base et les modules de complication de la marque. Près d’une vingtaine d’experts réunis en équipes pluridisciplinaires les consultent quotidiennement afin de faire éclore de nouvelles idées, depuis la conception, la construction et l’assemblage du premier prototype, jusqu’aux tests en laboratoire et finalement la production en série. Mais atteindre la perfection prend du temps. Entre la décision de développer un successeur au calibre de montre de poche 98000 et le jour où un client a enfin pu attacher à son poignet la première Portofino Remontage Manuel Huit Jours dotée du calibre 59210, il aura fallu patienter près de quatre ans.
 

«Notre objectif est de produire des mouvements qui se rapprochent autant que possible de la perfection.»

—Thomas Gäumann, directeur du département de développement des mouvements IWC

calibre_59000
—Calibre 59210

Le cahier des charges prend forme au cours de la phase de conception

Chez IWC Schaffhausen, chaque nouveau projet de développement commence par une phase de conception exhaustive qui dure environ six mois. «Nous discutons des diverses options techniques comme le nombre de barillets, mais aussi le type d’affichage et les fonctions réalisables,» explique Gäumann. Au cours de cette étape, il y a également de multiples échanges entre les spécialistes de plusieurs départements, comme l’approvisionnement, la production, l’assemblage, le laboratoire ou le contrôle qualité. Même à ce stade, l'équipe prend en compte les étapes de manufacture et d’assemblage qui sont encore à venir. C’est également à ce moment que les ingénieurs s’inspirent du concept de prototypage rapide: ils utilisent une imprimante 3D pour réaliser des maquettes des nouveaux mécanismes ou des modèles taille réelle qui donnent une première impression physique du produit fini.

Cette étape de conception prend la forme d’un échange continu entre toutes les personnes impliquées et aboutit à la finalisation du cahier des charges. Celui-ci fournit à l’ingénieur chargé de la conception des données essentielles, comme le diamètre et l'épaisseur du mouvement. Il est exhaustif et indique entre autres le système à utiliser pour le remontage automatique ou encore la taille de la réserve de marche. L’ingénieur doit ensuite traduire ces nombreuses caractéristiques en un mécanisme robuste et pratique. Il n’a pas non-plus carte blanche: il doit travailler avec les contraintes imposées par des normes et des lignes directrices prédéfinies. Par exemple, il ne doit pas y avoir trop de composants standards différents et les formes courbes doivent être privilégiées car les lignes droites occasionnent souvent un surplus de matériau au cours de la production. Les tolérances des trous de perçage sont également définies dans des tableaux détaillés.

IWC_manufacture

Un nouveau mouvement créé par ordinateur

Denis Tanner est l’un des ingénieurs chargés de la conception pour IWC Schaffhausen. Horloger qualifié, il a reçu à la suite de ses études une formation complète en technologie de la production et travaille aujourd’hui dans la création des mouvements. Devant son grand écran, il utilise une souris spéciale pour positionner avec précision la tige de remontoir dans le corps de la montre représenté en trois dimensions. Enfin, il fait pivoter l’objet à l'écran dans tous les sens pour effectuer de nouveaux ajustements. Concevoir les composants et les sous-ensembles des montres entièrement par ordinateur est une avancée relativement récente. Pendant de nombreuses années, l’ingénieur n'était aidé que de sa planche à dessin. Réaliser des dessins techniques à l’encre de Chine sur papier calque était un procédé incroyablement complexe: les erreurs ne pouvaient être corrigées qu’au prix de lourds efforts.

Depuis le début du XXIe siècle, la conception assistée par ordinateur (CAO) a largement remplacé les machines à dessin. Ce logiciel permet aux utilisateurs de concevoir un objet en trois dimensions directement sur ordinateur. Autre avantage: chaque composant peut être observé indépendamment ou en relation avec le reste du mécanisme. De plus, on peut visualiser n’importe quelle section sous n’importe quel angle d’un simple clic. Même si l’informatique a facilité de nombreuses étapes de conception, les compétences de base de l’ingénieur concepteur n’ont pour ainsi dire pas changé: outre un savoir-faire technologique général qui couvre tous les processus de production et les matériaux, ces professionnels doivent posséder un sens particulièrement développé de la représentation spatiale.

IWC_engineer_team

Des améliorations sont apportées au cours de l'étape de conception

Même à l’aide d’un ordinateur, concevoir un nouveau mouvement horloger prend énormément de temps. L’un après l’autre, tous les composants, comme le mécanisme de remontoir, le barillet, le balancier et l'échappement, ainsi que tous les rouages et les pignons, doivent trouver leur place dans l’espace disponible à l’intérieur du corps de la montre. Réaliser un premier croquis de l'échappement prend plus d’une semaine. L’intégralité du processus de conception est itérative: le projet est continuellement corrigé et amélioré pendant six mois à un an.

Des techniques de production avancées, comme le processus LIGA (un acronyme allemand signifiant lithographie, galvanoplastie et formage), ont également ouvert de nouvelles possibilités. Elles permettent la fabrication de minuscules composants avec un très haut degré de précision, ce qui permet aux sous-ensembles du mouvement d'être conçus avec plus de fonctionnalité et intégrés plus facilement. Une fois la conception détaillée terminée, des dessins en deux dimensions sont réalisés sur la base du modèle spatial. Ces plans sont rédigés dans une langue normalisée internationale, ce qui permet aux fournisseurs de fabriquer tous les composants nécessaires en respectant scrupuleusement les spécifications.

Le calendrier perpétuel doit utiliser l'énergie efficacement

Le développement de modules de complication, comme la grande date ou l’affichage des phases de lune, suit le même processus. Les fonctions désirées et l’espace disponible sont précisément définis dans un cahier des charges. L’ingénieur chargé de la conception doit s’assurer que tout est placé de manière optimale et correspond parfaitement aux spécifications prévues. Chez IWC Schaffhausen, Laszlo Dancsecs est responsable du développement des modules de calendrier. «Dans le calendrier perpétuel avec affichage digital de la date, du mois et indicateur de l’année bissextile, nous avons dû intégrer 185 fonctions et composants individuels sur sept niveaux dans seulement 2,4 mm,» se souvient-il. Du début du projet au premier prototype, la conception de ce module, apparu pour la première fois dans la montre Da Vinci Calendrier Perpétuel Digital Date et Mois, a duré pas moins de trois ans.

La conception des complications est rendue plus difficile par le fait que les mouvements de base limitent l'énergie dont elles ont besoin pour fonctionner. L’ingénieur chargé de la conception utilise le couple maximal disponible et s’assure qu’un module de calendrier, par exemple, fonctionne correctement avec la réserve de marche indiquée. Il doit, en parallèle, penser aux interdépendances complexes.

Dans le calendrier perpétuel à affichage digital, par exemple, une petite quantité d'énergie est prélevée chaque nuit quand l’affichage de la date change et stockée dans un ressort. À la fin du mois, le mouvement doit pouvoir puiser dans cette réserve assez d'énergie pour faire pivoter les disques de la date. Cela signifie que, durant la phase de conception, les ingénieurs de Schaffhausen doivent réaliser des calculs détaillés du couple pour chaque disque d’affichage, jusqu’au moteur du module de calendrier, afin de s’assurer que les disques se déplacent bien au moment du changement de mois. Pour cela, ils utilisent la méthode des éléments finis (FEM) pour créer des simulations par ordinateur.

«Dans le calendrier perpétuel avec affichage digital de la date, du mois et indicateur de l'année bissextile, nous avons dû intégrer 185 fonctions et composants individuels sur sept niveaux dans seulement 2,4 mm.»

—Laszlo Dancsecs, Ingénieur chargé de la conception chez IWC Schaffhausen

calibre_51613
—Calibre 51613

Des solutions à haute valeur technique ajoutée

Si vous visitez le département d’ingénierie de la conception à Schaffhausen, vous serez sans doute impressionné par notre haut niveau de spécialisation. «Avant, les inventions horlogères étaient souvent le résultat d’un travail de précision mené par des ingénieurs, comme Albert Pellaton ou Kurt Klaus, qui travaillaient seuls. Mais aujourd’hui, chaque nouveauté est le fruit du travail d’une équipe pluridisciplinaire constituée de spécialistes hautement qualifiés,» explique Gäumann pour décrire les changements qui ont eu lieu dans l’industrie horlogère ces dernières années.

Hier comme aujourd’hui, les solutions mécaniques IWC se distinguent par une caractéristique essentielle: elles ne sont jamais fantaisistes et présentent toujours un haut niveau de fonctionnalité. Dans cet esprit, la marque crée des designs innovants, pragmatiques, facilement compréhensibles et incroyablement élégants. L’exemple le plus récent est la famille de calibres 59000: les ingénieurs de Schaffhausen ont su créer une plateforme qui possède des fonctions supplémentaires par rapport à ses prédécesseurs, comme une réserve de marche étendue de huit jours et un affichage de la date. Aujourd’hui, ce nouveau mouvement remplit parfaitement son office au cœur de deux familles de montres IWC.

Trouver d'autres articles
IWC Da Vinci Perpetual Calendar Sketch
L'éternité au poignet

Du temps où il officiait comme horloger en chef chez IWC, Kurt Klaus a traduit le calendrier grégorien et ses nombreuses irrégularités en programme mécanique capable de fonctionner parfaitement jusqu'en 2499, presque sans aucune correction extérieure.

Ingenieur Constant-Force Tourbillon
La constance est une force

Avec le mécanisme à force constante d'IWC, l'échappement transmet une énergie parfaitement uniforme et assure ainsi une précision sans précédent.

breguet_spring
Précision horlogère:
tout est dans la spire

IWC Portugieser Annual Calendar
IWC Calendrier Annuel:
Pour l'éternité

La nouvelle montre IWC Calendrier Annuel dotée du mouvement de manufacture 52850 fait bien plus que combler le vide entre la Portugieser Calendrier Perpétuel et son compagnon à date: elle réduit le problème du calendrier à un seul réglage manuel à effectuer une fois par an, fin février. C'est tout.

IWC Portugieser Tourbillon Mystère Rétrograde
Où le temps suspend son vol

Si vous demandez à des horlogers quelle est leur complication préférée, c'est le tourbillon qui remportera leurs suffrages. Peu de complications sont d'une conception aussi délicate.

IWC 52010 calibre
L'ingénieux système Pellaton en version haute technologie

Une question de réglage

Pour qu'une montre IWC indique l'heure avec précision, il est indispensable de régler avec soin les oscillations du balancier.

Unruhreif_Spirale.jpg
Une répartition énergétique équilibrée

Une montre mécanique continue d’afficher l’heure correctement même lorsque la tension du ressort-moteur diminue. Cela est possible grâce à un mécanisme qui, depuis plus de 300 ans, fait l’objet d’améliorations constantes: l’échappement.